La commission des Femmes du CNRI fait partie de la Résistance iranienne contre le régime misogyne des mollahs. Elle s’occupe des droits des femmes en Iran et des informations qui s’y rapportent.

Sanaz Allahyari et son mari en grève de la faim en prison en Iran

0 79

CNRI Femmes – Les prisonniers politiques, Sanaz Allahyari et son mari Amirhossein Mohammadifar ont entamé une grève de la faim le jeudi 4 juillet 2019 en Iran.

Sanaz Allahyari et son mari sont membres du comité de rédaction d’un magazine en ligne appelé GAM qui traite de la justice sociale, y compris de la situation des travailleurs iraniens. Le couple est emprisonné depuis janvier 2019 depuis environ six mois.

Sanaz Allahyari a entamé une grève de la faim pour accompagner et soutenir son mari.

Mme Allahyari avait été détenue dans le quartier 209 de la prison d’Evine à Téhéran lorsqu’elle a été transférée dans la section générale début mai. Elle a été privée de soins médicaux malgré ses maladies graves et n’est pas envoyée à l’hôpital.

Le 3 juillet 2019, Amnesty International a publié une déclaration concernant les trois journalistes détenus pour avoir couvert les droits des travailleurs et les manifestations. Amnesty International indique qu’ils ont été placés en isolement cellulaire prolongé et interrogés sans la présence d’un avocat. Sanaz Alahyari souffre depuis au moins deux mois de douleurs récurrentes à l’estomac, de perte de poids et de tremblements sévères des mains et des jambes, et a besoin d’un traitement médical d’urgence, a ajouté Amnesty.

Dans d’autres nouvelles concernant des militantes en Iran, l’activiste civile Iran Rahpaykar continue de rester dans un statut indéterminé dans le centre de détention de Sanandaj, capitale de la province du Kurdistan iranien, malgré 1,5 mois passé depuis son arrestation. Elle a été emmenée plusieurs fois dans les services de renseignement pour interrogatoire. Mme Rahpaykar souffre d’asthme et son état de santé se détériore de jour en jour en raison du manque de soins médicaux.

Mme Elena Allahverdi, employée du ministère du Pétrole, est également détenue dans le quartier général de la prison d’Evine sous statut indéterminée. Elle a été arrêtée en mars 2018 par les forces de contre-espionnage des gardiens de la révolution et conduite au quartier pénitentiaire de ces services à Evine. Bien que 16 mois se soient écoulés depuis son arrestation et que son cas ait été renvoyé devant le tribunal, son statut juridique reste inconnu. Elena Allahverdi, 36 ans, a passé un an de détention en isolement cellulaire et sous interrogatoire continu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.