Tag: pauvreté

La féminisation de la pauvreté à la hausse en Iran

L’Iran est un pays qui flotte sur une mer de pétrole. L’Iran détient les deuxièmes plus grandes réserves de gaz naturel au monde. Pourtant, plus de 80 % de la nation vivent sous le seuil de pauvreté et la classe moyenne a pratiquement disparu.

Les médias et les autorités ont reconnu la « féminisation de la pauvreté » dans le pays.

La pauvreté alimente la propagation de divers maux sociaux, de la mendicité, du travail des enfants, de la vente d’organes, des mariages précoces, de l’itinérance et du tri des ordures pour la nourriture, à la toxicomanie, la prostitution, la vente d’enfants, de nourrissons et de fœtus à naître, et les suicides.

Souffrant d’une double discrimination institutionnalisée dans les lois et les normes sociales du pays, les femmes en Iran se heurtent à de multiples obstacles pour accéder à l’éducation et à l’emploi, et pour bénéficier de prêts bancaires, d’aides gouvernementales, et de toute forme d’assurance ou de subventions.

Par exemple, 82 % des 3,6 millions de femmes chefs de famille n’ont pas d’emploi décent et vivent sous le seuil de pauvreté sans recevoir aucune aide du gouvernement.

Parmi les plus pauvres

Les femmes chefs de famille sont parmi les plus pauvres des pauvres et constituent le principal exemple de féminisation de la pauvreté en Iran.

Au moins 500 000 ou 16 % des femmes chefs de famille ont moins de 20 ans. Ce chiffre ne représente que les 3 100 000 femmes chefs de famille « identifiées ou qui se sont présentées à des centres de soutien ». (Zohreh Ashtiani, secrétaire de la Faction de la famille du parlement des mollahs, interview avec le journal Shahrvand, 10 juillet 2018)

Les conditions de vie des femmes chefs de famille sont décrites comme se situant sous le « seuil de la mort » car même si ces femmes perçoivent des pensions, elles ne se monte qu’à environ 100 000 tomans (9 dollars) par mois, alors que le seuil de pauvreté est de 8 millions de tomans (700 dollars) par famille.

Discrimination sexuelle et chômage des femmes

L’instabilité économique est la principale cause de la pauvreté croissante en Iran, mais la féminisation de la pauvreté et les maux sociaux qui en découlent sont principalement et essentiellement dus aux politiques officielles et aux lois discriminatoires à l’égard des femmes.

Anoushirvan Mohseni-Bandpay, responsable de l’Organisation nationale de la protection sociale, a déclaré à propos de la féminisation de la pauvreté : « Nous sommes à la traîne en ce qui concerne les indices économiques, tels que l’offre d’emplois et l’emploi des femmes. Bien sûr, c’est principalement dû aux politiques du pays où nous avons 22 femmes employées contre 100 hommes avec un emploi. Le taux d’emploi des femmes en Iran est de 12 %, au mieux. » (Site Tabnak, 13 février 2018)

 

Page 1 of 6 1 2 6

Restez avec nous

Documents

Bulletin Mensuel

Articles

les femmes de la résistance

Vidéos

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Add New Playlist