Tag: Violence contre les femmes

Les lois et la constitution en Iran encouragent la violence contre les femmes

CNRI Femmes – L’Iran possède l’une des statistiques les plus élevées en matière de violence contre les femmes. Cependant, le régime a entravé l’adoption du projet de loi sur la violence à l’égard des femmes pendant près de dix ans. Cela a conduit à une augmentation drastique de la violence contre les femmes en Iran, à tel point que les experts et les responsables du régime l’ont reconnu.

La constitution et les lois du régime clérical encouragent la violence contre les femmes, notamment les châtiments cruels, les mariages précoces, les mauvais traitements infligés aux enfants, la violence domestique et les crimes d’honneur. 66 % des Iraniennes subissent des violences au cours de leur vie, soit le double de la moyenne mondiale qui est d’une femme sur trois, ou 35 %.

Au moins 105 femmes ont été exécutées en Iran pendant le mandat de Hassan Rohani à la présidence du régime.

La forme de violence la plus courante infligée aux femmes en Iran consiste à les brutaliser pour les obliger à porter le voile. Ces actes sont commis par les forces de sécurité de l’État, les patrouilles d’orientation, la police des mœurs et d’autres agents chargés de faire respecter le voile obligatoire.

Un rapport publié par le Centre de recherche du Parlement des mollahs en juillet 2018, indique que plus de 70% des femmes iraniennes s’opposent au voile obligatoire, ne l’observant que par la contrainte. Au moins 2 000 femmes sont arrêtées chaque jour en Iran pour avoir enfreint le code vestimentaire obligatoire.

La maltraitance des enfants est le préjudice social le plus courant en Iran, qui prend le relais de la violence domestique contre les femmes. Le projet de loi sur la protection de l’enfance est toujours dans les limbes au bout de dix ans, étant passé dans les deux sens entre le Parlement et le Conseil des gardiens. Les filles sont les principales victimes de la maltraitance des enfants. (Agence de presse ISNA – 16 avril 2019)

La violence domestique et les crimes d’honneur sont encouragés par des lois misogynes et la violence mise en œuvre par les organes officiels de l’État.

Les mariages précoces sont considérés comme la pire forme d’oppression et de violence à l’encontre des petites filles iraniennes. Les mariages précoces ont augmenté ces dernières années en raison de la pauvreté croissante de la population.

Page 1 of 10 1 2 10

Restez avec nous

Documents

Bulletin Mensuel

Articles

les femmes de la résistance

Vidéos

Welcome Back!

Login to your account below

Create New Account!

Fill the forms bellow to register

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Add New Playlist